La recherche continue.

Il y a 25 ans, les patients atteints du VIH prenaient 30 comprimés par jour. Aujourd’hui, un seul suffit.Il y a 25 ans, les patients atteints du VIH prenaient 30 comprimés par jour. Aujourd’hui, un seul suffit.

Lisez maintenant

Nous luttons contre les virus et les bactéries

La recherche, la prévention et la lutte contre les infections virales et bactériennes sont les missions de l’infectiologie. Elle est en plein essor en ce moment, pas seulement en temps de pandémie. Que l’infectiologie ait connu un développement aussi rapide est dû principalement aux recherches sur le VIH.

Souvenons-nous qu’une infection par le VIH ne peut toujours pas être complètement guérie. Mais un traitement médicamenteux contre le VIH connaît actuellement un tel succès qu’on peut envisager une espérance de vie pratiquement normale et la possibilité d’une vie stable à quelques détails près. Les recherches des 40 dernières années ont permis aux patients atteints du VIH de ne prendre aujourd’hui qu’un seul comprimé au lieu de plusieurs comprimés par jour.

Depuis les années 1980, d’importants progrès ont aussi été réalisés dans la détection des virus. La première identification du VIH a réussi grâce à la culture cellulaire. Le virus de l’hépatite C avait d’abord été identifié par biologie moléculaire et les méthodes actuelles sont tellement avancées que l’agent pathogène Sars-CoV-2 a pu être identifié en 2019 en moins d’un mois. C’est surtout dû à la découverte de la réaction en chaîne de la polymérase (PCR). Cette technique, récompensée par le prix Nobel et particulièrement connue du grand public à cause du COVID-19, a aussi permis après tout de pouvoir caractériser le génome humain en quelques années. Pourtant, en plus de toutes les avancées techniques de l’infectiologie, des virus sont susceptibles de se développer.

Car, par rapport aux agents pathogènes bactériens, les agents pathogènes viraux attaquent plus souvent l’organisme humain: ces virus n’ont pas de métabolisme propre et dépendent donc d’autres cellules pour pouvoir vivre et se propager. Lorsqu’un virus pénètre dans l’organisme, les cellules attaquées sont utilisées pour la propagation du virus. Par la suite, la cellule hôte produit des milliers de nouveaux virus. Les anticorps peinent à lutter contre les intrus, qui sont protégés par la cellule.

Comme les virus évoluent constamment, ils sont difficiles à cerner. Certains sommeillent dans l’organisme et ne sont réactivés qu’avec l’âge ou provoquent subitement des maladies graves chez certaines personnes. Par conséquent, la règle d’or vaut aussi pour l’infectiologie: nos recherches continuent.

Apprendre encore plus
Apprendre encore plus
Apprendre encore plus
Apprendre encore plus